Blog Biobric > Dans l'actualité > Un impact environnemental faible ramené à l’ensemble du cycle de vie de la brique bio’bric

Un impact environnemental faible ramené à l’ensemble du cycle de vie de la brique bio’bric

L’impact environnemental de la brique en terre cuite et donc son bilan carbone est positif, notamment grâce à son fort pouvoir isolant . Le passage de la terre crue à la terre cuite est une transformation qui nécessite de l’énergie thermique et dégage par conséquent du carbone (CO2).  En revanche, sur l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment, cet impact reste faible.

Impact carbone faible de la brique terre cuite bio'bric sur son cycle de vie

etape 1 vie brique terre cuite Production : utilisation de biomasse et d’électricité verte

Bouyer Leroux se donne pour objectif de réduire ses consommations d’énergie.

La brique émettant du CO2 principalement lors de sa cuisson, nous mettons au cœur de notre stratégie l’impact environnemental : stratégie énergétique et gestion de la ressource. Nous nous sommes engagés à passer de 40 % à 90 % d’énergie thermique produite à partir de biomasse d’ici 2025. Cela passe par l’utilisation de foyers biomasse pour les séchoirs mais aussi le recours à des biocombustibles pour alimenter les fours : biogaz, sciures de bois issues de la 1re et 2e transformation du bois, sous-produits de l’industrie agro-alimentaire, issues de céréales provenant de silos, etc.

exemples utilisations biocombustibles Bouyer Leroux

Développement de la part des énergies renouvelables (biomasse) dans le processus de fabrication des briques.

D’ici 2025, 100 % des besoins en électricité utilisée par les usines (57 GWh / an) seront compensés avec de l’électricité verte, notamment grâce aux projets suivants :

  • Installation de panneaux photovoltaïques sur les toitures de nos usines ou dans d’anciennes carrières.
  • Mise en place d’un système de cogénération sur le site de Mably (42).

etape 2 vie brique terre cuite Transport : réduction de l’impact carbone avec la proximité des distributeurs entre chaque étape

Nous utilisons l’argile pour la fabrication des produis bio’bric. Elle est extraite dans nos carrières, à proximité de nos 9 sites de production. Répartis sur tout le territoire national, leur situation géographique nous permet de réduire la distance avec les clients. Chaque palette de briques représente près de 10 m² de mur (contre 6 m² pour la maçonnerie traditionnelle non isolante), soit 30 % de palettes en moins à transporter, limitant ainsi l’impact environnemental lié au transport de la solution brique.

etape 3 vie brique terre cuite Chantier : évolution des techniques de pose qui réduisent drastiquement la consommation en eau

Les solutions bio’bric nécessitent toujours moins d’eau sur chantier grâce à l’évolution des techniques de pose. Avec le passage de la pose traditionnelle à la pose au mortier joint mince, économisez jusqu’à 90 % d’eau. Aujourd’hui, la solution de la pose à la colle prête à l’emploi fix’bric permet aussi de réduire la consommation : pas de préparation ni de nettoyage d’outils sur chantier.

etape 4 vie brique terre cuite La vie dans les bâtiments : économies d’énergie & baisse de l’impact carbone

Naturellement isolantes, les solutions bio’bric évitent les ruptures thermiques en partie courante du mur mais aussi au droit des ouvertures ou à la jonction des planchers avec la façade (cf. accessoires terre cuite bio’bric). Stopper les déperditions thermiques permet d’empêcher les problèmes d’inconfort ainsi que les dégradations éventuelles dans la construction, comme l’apparition de condensation. Ces solutions génèrent des économies de chauffage et donc d’Eges (Émissions de gaz à effet de serre) durant la phase d’exploitation du bâtiment.

etape 5 vie brique terre cuite Fin de vie : destruction et recyclage pour le respect de l’environnement

95 % des palettes de briques sont recyclées. En parallèle, à la déconstruction, bio’bric c’est 100 % de déchets inertes.


Nous fabriquons des produits sains en terre cuite, à partir d’une ressource renouvelable et gérée de manière responsable. Son processus de fabrication, notamment via la cuisson, nécessite de l’énergie thermique. Cependant, rapporté au cycle de vie du logement, l’impact carbone est faible. En 30 ans, les Eges (Émissions de gaz à effet de serre) ont été divisés par deux dans la filière terre cuite*. Les engagements environnementaux pris par Bouyer Leroux et les développements produits viennent renforcer la volonté d’obtenir un bilan carbone neutre, voire positif.

* source : FFTB (Fédération française tuiles et briques) – Terre cuite et développement durable


ABONNEMENT

Pour être informé(e) de la publication d'un nouvel article, inscrivez-vous :

Loading

CATÉGORIES

TAGS